03 oct

Le changement c’est maintenant, sauf pour les frontaliers?

84% des travailleurs frontaliers adhèrent à des mutuelles privées plutôt qu’à la Sécurité sociale (©f3fc)

Ainsi donc, les frontaliers ont gagné. Une bataille, pas la guerre. Mais quand même. Les quelque 130.000 Français qui travaillent en Suisse (dont près de 40.000 Francs-Comtois) pourront continuer à adhérer à des mutuelles privées plutôt qu’à la Sécurité sociale française. Supprimer ce régime dérogatoire, comme l’envisageait le gouvernement, aurait pourtant permis de recueillir près de 400 millions d’euros de cotisations supplémentaires pour la Sécurité Sociale, dont le budget 2013 prévoit pas moins de 13,9 milliards d’euros de déficit. Pour boucher l’abysse, les fumeurs, les buveurs de bières et les retraités seront mis à contribution, mais pas les frontaliers. Pour la plus grande satisfaction des premiers intéressés, mais aussi des élus francs-comtois. A droite comme à gauche, on se félicite d’avoir fait plier le gouvernement. Au détriment de l’intérêt général?

Les temps sont durs. Les caisses sont vides. Il va falloir se serrer la ceinture. Soit. Mais alors que le gouvernement appelle depuis le début de l’été à la mobilisation générale, pourquoi diable a-t-il cédé au lobby des frontaliers? Oui, lobby. Il faut bien appeler un chat un chat. D’ailleurs, le groupement transfrontalier européen le reconnaît lui-même: « Cette décision fait suite à l’intense mobilisation des frontaliers, de leurs représentants et des élus des régions transfrontalières ». Les élus, de droite comme de gauche, ont relayé l’inquiétude d’une partie non négligeable de leur électorat… et se sont chaudement félicités d’avoir obtenu gain de cause.

A la pointe de ce combat, la députée UMP de la 5e circonscription du Doubs, Annie Genevard, se démène depuis son élection pour empêcher la disparition du régime dérogatoire: lettre aux ministres concernés, question écrite, intervention hier lors de la séance de questions au gouvernement… et nouvelle demande écrite de rendez-vous cette semaine avec Pierre Moscovici et Marisol Touraine, pour tenter de prolonger le droit d’option au-delà de l’année prochaine (le régime dérogatoire arrive à échéance le 31 mai 2014). Un courrier signé par 22 autres parlementaires de droite issus des départements frontaliers, parmi lesquels les Francs-Comtois Marie-Christine Dalloz, Gérard Bailly, Marcel Bonnot, Damien Meslot et Michel Zumkeller.

« Cette suppression du choix de l’assurance maladie pourrait priver les frontaliers de près de 200 euros mensuels sur un salaire moyen, ce qui est injuste pour une population qui travaille beaucoup – eux ne sont pas aux 35 heures – une population qui connaît des conditions de déplacement extrêmement difficiles en zone frontalière et peu de sécurité dans l’emploi. En outre, l’économie de nos territoires frontaliers s’en ressentirait fortement », lançait hier à l’Assemblée la députée de la circonscription Pontarlier-Morteau, où résident de nombreux frontaliers.

A gauche aussi, on se réjouit d’avoir fait reculer le gouvernement. « Une telle mesure aurait eu des conséquences très lourdes pour notre territoire », se félicitent dans un communiqué commun les sénateurs Martial Bourquin et Claude Jeannerot, le député Frédéric Barbier, et le président de l’agglomération et maire de Montbéliard Jacques Hélias. Les arguments sont les mêmes qu’à droite: cette mesure « se serait traduite par une baisse significative du pouvoir d’achat de ces travailleurs et de leurs familles, avec des répercussions sur le commerce local, mais aussi sur l’attractivité de notre département, pour qui l’économie transfrontalière est une source de croissance non négligeable ». Et le quatuor socialiste n’oublie de remercier « les Ministres concernés pour leur réactivité et leur qualité d’écoute ». Pierre Moscovici, lui aussi élu du Doubs, n’en demandait sûrement pas tant…

Un pouvoir d’achat en berne, vraiment?

Alors certes, la perte en pouvoir d’achat aurait été conséquente pour les frontaliers, mais du pouvoir d’achat, ils en ont quand même un peu plus que le Français moyen. La preuve: la pression immobilière dans le Haut-Doubs est désormais telle que les maisons anciennes sont plus chères à Morteau et Pontarlier qu’à Besançon.

Bien sûr, les frontaliers qui cotisent à une mutuelle privée ne sont remboursés que pour les soins couverts par cette mutuelle, mais les chiffres sont formels: plus ils sont âgés, plus leurs soins coûtent cher, et plus les frontaliers reviennent vers la Sécurité sociale française. Pas folle la bête. D’ailleurs, certaines caisses primaires d’assurance-maladie constatent un taux de fraude largement supérieur à la moyenne: « Les travailleurs frontaliers représentent 10 % de la population mais 30 % des anomalies que nous détectons », a confié à l’AFP un responsable de la CPAM d’Annecy, cité par Le Monde. Le préjudice, pour le seul département de Haute-Savoie, est estimé à 200 000 euros par an.

Les temps sont durs. Les caisses sont vides. Il va falloir se serrer la ceinture. Soit. Mais les efforts sont-ils vraiment partagés par tous?

A lire aussi: Assurance-maladie: la grogne des travailleurs frontaliers
Les Français travaillant en Suisse bientôt rapatriés dans le giron de la Sécu
Les parlementaires UMP lancent une pétition pour le maintien du droit d’option des frontaliers
  • <span class="author">Polo</span>

    Avec des messages comme ca, on a vraiment envie de quitter ce pays ! Cher M. Jérémy Chevreuil, vous parlez de « lobby », ca me fait rire (jaune). Perdre plus de 13% de son salaire (sans compter la mutuelle) et perdre le droit de se faire soigner en Suisse, vous trouvez ca normal ? juste ? équitable ? Pensez un peu aux gens qui ont des traitements lourds (Cancer, etc.) en Suisse et qui devront prendre sur leur temps de travail pour se rendre à Annecy ou même Lyon pour se soigner. Pour mémoires les frontaliers ont des assurances privées car ni la France, ni la Suisse ne voulaient de cette population. Votre argumentaire qui tourne autour du seul « pognon » est déplorable. Cette histoire de CMU souléve bien d’autres problèmes.

    • <span class="author">François C</span>

      Pour l’instant le taux de cotisation à la CMU est de 8%, non? Et il me semble juste de faire aussi le différentiel avec les cotisations d’assurance payées par le frontalier pour obtenir la vraie perte de pouvoir d’achat. La Frontalière l’estime à 200€ par mois, mais pour un salaire de 5800 CHF!

      • <span class="author">F comme Frontalier</span>

        5800CHF de salaire BRUT mensuel (c’est la moyenne en suisse pour les frontalier), cela donne 63’000CHF par an, soit 51’000€ – 9’000€ abattement = 42’000€ *8%= 3360€/12mois= 280€. Avec 13%, on arrive à 455€ par mois pour renflouer la Sécu. C’est loin d’être négligeable sur un budget. Je pense que les Frontaliers sont prêt à contribuer à l’effort national, mais pas de manière aussi brutale pour le budget, ni pour la sécu. Augmenter les impots sur le revenu serait plus indiqué. Et puis ce serait bien aussi que l’état fasse le ménage dans l’administration et augmente l’éfficacité de ses institutions, et de la sécu.

  • <span class="author">LibertéEgalitéFraternité.fr</span>

    La classe politique ne montre pas l’exemple de solidarité que j’attendais : cumul des mandats, la prise en compte de l’indemnité représentative de nos chers députés … Non, taxons les frontaliers nantis ! Pour une fois qu’un effet de lobby sert quelqu’un d’autre que les banques ou les industries du pétrole/automobile …

  • <span class="author">Didier</span>

    Oui on a du pouvoir d’achat, mais comme vous le faite si bien remarquer l’immobilier est cher tout comme le reste d’ailleurs en région frontalière. Je ne reviendrais pas sur les fantaisistes 200€ (un couple avec 2 salaires moyens va plutôt devoir allonger 1000€ plus le coût d’une assurance complémentaire, bonjour les problèmes de fin de mois pour certains) mais sur le fait que l’on ne pourra plus programmer de soins en Suisses, que les hôpitaux en France sont déjà débordé et que chez certains spécialistes il faut plusieurs mois pour un rdv.

    Et pourquoi un taux aussi élevé alors que nous sommes déjà couvert en Suisse pour l’accident (professionnel et non-professionnel) ainsi que pour les indemnités maladies (sous le nom d’assurance perte de gains). On veut bien participer à l’effort, mais là c’est quand même un peu trop.

    Dernier point, le chiffre de 400.000€ est ridicule. Déjà c’est 80.000€ environ de TVA en moins (et oui, autant de dépense en moins), ensuite c’est surement du chômage pour certains (les assurances du coin marchent beaucoup avec les frontaliers) et pour finir les gros salaires vont probablement faire le saut de l’autre côté de la frontière (parce qu’un couple avec 2 salaires de 8000 à 10000 CHF chacun je vous laisse faire le calcul).

  • <span class="author">georges</span>

    je pense que si ils y a de l argent a prendre sa serait plutôt du côté des fonctionnaires a qui ont paye des retraites a 50 ans et en plus au cas ils ce mette une adresse dans certaine département d outre mer leurs retraite et doublé ,et la nos cher politicien ne touche surtout pas a leur protégé fonctionnaire,donc avant de nous cassé les C…….. casimir (holande) ferait mieux de mettre des coups de serpette chez les fonctionnaires, dans ce pays il y a les français du bas et les autres (fonctionnaire) qui ont tout les avantages sans les inconvénients ,les corses qui eux paye pas de droit sur les successions oui oui ais nous ont doit payé bravo,et ont devrait en plus renflouer le trous de la sécu sa va pas ont est pas les P…..e de l état,ils faut une fois pour toute que les français ce réveille et bloque le territoire français pour remettre tout le monde au même niveau et que l ont face respecter nos droit de citoyen rale bole de ces politiciens qui baisse leur pantalon devant des fonctionnaires incompétent de peur des conséquences .
    Nos cher joueurs de foot eux paye les cotisations de la sécu pas plus cher que le maçon,ou le cuisinier alors qui gagne des millions d euro magnifique non mais la encore personne ne dit rien c est plus facile d aller dire a ce qui gagne 1000€ par mois faite un effort pour aider la France ,donc Monsieur Jérémy Chevreuil avant de dire n importe quoi fermer la.

  • <span class="author">Gery</span>

    Georges, avant de dire des vulgarités, fermez la.

    • <span class="author">Isis</span>

      et surtout Georges, faites des phrases courtes et corrigez votre orthographe !
      Signé : un fonctionnaire donc millionnaire et bientôt en retraite sous les palmiers !

      • <span class="author">Christian Winterhalter</span>

        Ne fustigez pas notre interlocuteur au sujet de son orthographe. Je suis frontalier, juriste, éduqué, je pense et malgré tout sensible aux arguments avancés. Oui, certains avantages de la Fonction Publique française peuvent surprendre, choquer. Une gendarme de rencontre au cours de mes vacances m’a parlé d’un salaire à faire pâlir d’envie le plus grand nombre, de gratuité des entrées au cinéma, de logement de fonction, de retraite à taux plein à 52 ans, alors info ou intox? Je crois qu’il est inutile provoquer la haine dans ce pays qui a d’autres défis à relever. Faisons tous notre introspection et soyons constructifs. Un analphabète qui se soigne.

  • http://bisonteint.net <span class="author">Bison Teint</span>

    Et si l’immobilier est cher c’est précisément parce que vous gagnez trop amis frontaliers.
    Mathématiquement si vous gagnez moins, le prix de l’immobilier baissera et vous serez gagnants vous aussi. Yeah !
    Au fait vous la signez tout de suite la décharge « à vie » vis à vis de la Sécurité sociale ou vous vous réservez une adhésion pour vos vieux jours, histoire de profiter un peu de la solidarité nationale au moment où vous en aurez le plus besoin ?
    Il en faut du courage et du professionalisme journalistique pour oser écorner ce tabou régional. Merci M.Chevreuil.
    Quant à la lâcheté des politiques sur ce dossier, elle est affligeante.

    • <span class="author">Front allié</span>

      Si l’immobilier est si cher dans le Genevois c’est parce 30.000 suisse qui ne peuvent pas se loger à Genève, une des ville les plus chère du monde, achète et habitent en France voisine.
      Facile de montrer les fonctaliers du doigt, on voit qu’en temps de crise, les pires comportements sont en train de ressortir.
      Si un impot crise est necessaire pour palier aux irresponsabilités des politiques des dernières decenie, qu’ils créé cet impot, mais faut arreter de pointer des soit disant nantis.
      Pourquoi pas taxer les Parisiens dont le salaire est supérieur à la moyenne ?

    • <span class="author">Front allié</span>

      Concernant la CMU. ok pour la réintégrer, au même pourcentage que pour un employé français (normal non ? meme service, meme prix).
      Par contre que ferons nous des hospitalisés lourds en suisse ? La CMU les prend en charge ou on les laisse crever ?

  • <span class="author">Benjamin</span>

    Georges, parmi les fonctionnaires objets de votre vindicte, on trouve quelques enseignants, et notamment des profs de français. Au lieu de les maudire à distance, vous auriez mieux fait de les fréquenter. Vo comantair auré était plu fassile a lir.

  • <span class="author">micka</span>

    Adhérer à une mutuelle privée c’est l’assurance pour le frontalier d’être couvert au plus juste par rapport à sa situation. Obliger les frontaliers à s’affilier à la sécurité sociale c’est les obliger à cotiser pour une caisse totalement inadapté à leur situation. Il est à noter que les frontaliers ne coûtent aucun euros à l’état Français à l’heure actuelle et qu’ils n’ont donc pas contribué à creuser la dette abyssale de la sécu. Si seulement les journalistes pouvaient faire part de cet état de fait, on arrêterai de nous prendre pour les profiteurs que nous ne sommes pas. Si la sécurité sociale est mal gérée ce n’est surement pas à cause de ceux qui n’y sont pas.

  • <span class="author">Jean Yves</span>

    Jérémy Chevreuil, encore un donneur de leçon! Avant de parler sur un sujet il serait bien de se poser toutes les bonnes questions. Je ne pense pas que cela soit le cas pour ce monsieur.
    Dans certaines régions frontalières, il n’y a pas autant d’infrastructures de soins qu’en Suisse. Et j’aimerai savoir aussi comment le gouvernement – ou l’Etat en restant plus général, compte absorber le flux de personnes qui devront dorénavant se faire soigner en France. En estimant mes futures cotisations à plus de 10’000 EUR par an, suis-je en droit d’attendre une qualité de soins comme je l’aurai à Paris ou dans n’importe quelle autre grande ville? En quoi mes enfants devraient souffrir de ce manque qui sera justifié pur des raisons fiscales?
    Pourquoi les frontaliers devraient cotiser à 13% au lieu des 8% appliqués aux autres salariés en France? Ne soyons pas dûpes, même si le taux n’est pas à 13% au départ il augmentera indéniablement au fil du temps. Le loup sera dans la bergerie.
    Je paye déjà un impots sur le revenu bien supérieur au salaire moyen en France. Je n’ai pas de leçon à recevoir de ce monsieur Chevreuil. La solidarité je la paye déjà et certainement bien plus que vous. Je pense que c’est justement ce qui vous gêne.
    Les frontaliers consommeront moins, des commerces fermeront. L’immobilier va devenir instable. Ces gens disposant de haut revenus iront s’installer ailleurs, et alors la France ira chercher l’argent chez les classes moyennes etc… On reportera toujours l’effort sur les plus faibles jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personnes pour payer l’addition.
    Vous serez alors au chomage et vous ecrirez vos message sur votre blog non rémunéré. Heureusement il y aura encore des méchantes personnes aisées pour payer leurs impôts et vous permettre ainsi de toucher un petit quelque chose. C’est tout le bien que je vous souhaite.

  • <span class="author">Frontalier</span>

    Bonjour,

    « Le changement c’est maintenant, sauf pour les frontaliers? »

    Au contraire, le frontalier payant ses impôts en France, gagnant plus, il paye plus. En valeur absolue et même en pourcentage, l’effort demandé au peuple sera d’autant plus important pour un frontalier : il est le premier à se serrer la ceinture par rapport à un travailleur français en France. Notamment en ce qui concerne le gèle du barème et le nouveau barème à 45%. Le Frontalier fait déjà (à partir du changement) un plus grand effort qu’un travailleur de France.

    « Et si l’immobilier est cher c’est précisément parce que vous gagnez trop amis frontaliers. »

    Non, nous ne gagnons pas trop mais bien (en tout cas plus qu’un travailleur de France, c’est vrai), nous gagnons souvent moins qu’un Suisse ayant la même activité dans les mêmes conditions (42,5H et 4 semaines de congés). De plus l’immobilier cher est lié comme partout au décalage entre l’offre et la demande et non pas aux salaires. La région montagneuse étant en plus touristique…

    « Mathématiquement si vous gagnez moins, le prix de l’immobilier baissera et vous serez gagnants vous aussi. Yeah ! »

    Oui car la demande baissera due à la moins bonne attractivité. Cependant, je prends mon cas. J’ai pu acheter avec ma femme une maison dans la station des Rousses il y a un an avec une certaine condition de salaire et d’endettement. En me retirant 8% de mon salaire, mon emprunt ne baissera pas. Par contre mon endettement augmentera de façon significative. Les règles du jeu auront changé en cours de partie. Ce n’est pas juste ! Nous payons à nous deux aux alentours de 8 000 euros annuel d’impôts sur le revenu. En tenant compte de l’abattement nous devrons payer en plus 5 600 euros de cotisation sécurité sociale + 1000 euros de cotisation mutuelle (contre 2000 euros de mutuelle pour l’année 2012) pour des prestations moins bonnes.

    C’est comme si notre impôt sur le revenu passait de 8 000 euros à 12 600 euros. Vous même n’assumeriez pas.

    Cela créera une crise du surendettement dans la région, et j’en serai victime. D’où ma crainte. Et effectivement les prix de l’immobilier baisseront, mais je serai perdant. Mettez vous à notre place.

    Personnellement, je ne pourrais assumer en toute bonne fois et en désespoir de cause une telle augmentation dès le mois de janvier et je serai dans l’obligation de vendre ma maison (qui du coup aura sacrément baissé de prix). Vous semblez croire que cette ponction sur nos salaires nous empêchera d’acheter Ferrari, Mercedes et îles privées… Non cela nous empêchera même de nous loger ! Heureusement nos mails ont fonctionné !

    De plus la Sécurité Sociale est en déficit de 13.8 M pour l’année 2012, puisque vous aimez les mathématiques, si l’on compte 60m d’adhérents cela fait une moyenne 230 euros de déficit par adhérents. Rajouter 130 000 frontaliers reviendrait à remplir une bateau en train de sombrer. A moins que l’on compte sur le fait qu’un frontalier travaillant en Suisse ne doit pas tomber malade (bah oui après quelques arrêts, les lettres d’avertissement pleuvent en Suisse et les licenciement pour maladie – officiellement sous un autre motif – sont monnaie courante). Donc chacun sait qu’un frontalier donnera 8% de son salaire pour une assurance dont il se servira très rarement. D’où les probables bénéfices pour la sécurité sociales. Nous seront alors la bouée de sauvetage des travailleurs de France !

    « Il en faut du courage et du professionnalisme journalistique pour oser écorner ce tabou régional. Merci M.Chevreuil. »

    Courage je ne sais pas mais professionnalisme, je ne pense pas. En effet :

    « La preuve: la pression immobilière dans le Haut-Doubs est désormais telle que les maisons anciennes sont plus chères à Morteau et Pontarlier qu’à Besançon. »

    Vous vous rendez-compte, les faiseurs de saucisses ont droit à des maisons plus chères que chez nous, c’est un scandale ! Il transforme là une réelle difficulté pour le frontalier qui cherche à se loger et qui du coup se loge à 60km de son travail en argument de richesse outrancière. Ce n’est pas professionnel mais provoquant et encore moins une preuve. Apprenez les mathématiques et vous saurez ce qu’est une preuve, ici c’est une hypothèse qui peut trouver tout au plus corrélation, et encore la situation étant très particulière… bon courage !

    « D’ailleurs, certaines caisses primaires d’assurance-maladie constatent un taux de fraude largement supérieur à la moyenne: « Les travailleurs frontaliers représentent 10 % de la population mais 30 % des anomalies que nous détectons » »

    Il associe ici fraude et anomalie pour créer l’amalgame, ce n’est pas professionnel mais anti-déontologique ! La honte !Une anomalie peut-être due à un frontalier qui se fait soigner en Suisse et qui du coup ne peut se faire rembourser par la Sécurité Sociale ou encore beaucoup d’autres cas. Une personne cotisant à la Sécu et travaillant à l’étranger, cela peut en représenter des situations anormales et pas seulement frauduleuses ! Là encore il fait passer le frontalier qui ne peut se faire soigner à proximité de son lieu de travail en Picsou prêt à tout pour voler tout le monde. C’est bien connu, le trou de la Sécu, c’est le frontalier…

    Je rappelle qu’un Français cotise à hauteur de 0.75% de son salaire brut à la Sécurité Sociale, le reste c’est le patron. Pourquoi prendre 8% du salaire net du Frontalier ? Nous ne pouvons pas assumer la part du patron même en partie seulement. Ce n’est pas équitable. A assurance égale, cotisation égale, c’est ça le socialisme non ? Non la personne qui gagne plus parce qu’elle a choisit de travailler en plus doit cotiser plus. C’est du nivellement par la bas. Bel avenir…

    Le journaliste ne fait que dénigrer le frontalier riche au possible obsédé de son argent sans prendre en compte tous les faits. Il a une fenêtre ouverte pour nous expliquer le monde objectivement, ce qu’il ne fait pas car il ne tient compte des faits qu’en interprétant faussement et dans son sens (fraude = anomalies, Prix de l’immobilier élevé = pouvoir d’achat provoquant…). C’est du non professionnalisme et c’est ça le plus énervant dans cet article. Le but est de provoquer le frontalier et d’exciter le Franc-Comtois frustré, et vous le soutenez. Moi je suis provoqué… En aucun cas il ne rend compte de la réalité vécue sur place !

    « Quant à la lâcheté des politiques sur ce dossier, elle est affligeante. »

    Nos politiques locaux nous ont bien aidé et vous devriez en être conscient vous qui habitez cette belle région.

    Cordialement,

  • http://bisonteint.net <span class="author">Bison Teint</span>

    C’est décidé ! Je vais devenir blogueur frontalier !

  • <span class="author">Frontalier</span>

    Rejoignez-nous et notre lobby vous expliquera toutes les combines pour se faire le maximum de sous légalement et faire changer les décisions politiques.

    Non sincèrement une mutuelle est une société à but non lucratif. C’est à dire que nos mutuelles frontalières ne se font pas de bénéfices sur notre santé et je trouve cela moralement juste (le changement dans la justice…). Tout organisme de santé ne doit pas se faire de bénéfices sur le dos de ses adhérents ! Je pense que vous êtes d’accord, ou bien ? Nous cotisons ce que nous dépensons. Donc nous n’avons pas besoin de tripler nos cotisations, c’est mathématique.

    Ici le projet de loi compte faire rentrer 400m d’euros dans les caisses de la Sécu. Soit 400m/130 000 = 3076 euros par frontaliers

    C’est-à-dire que ce projet de loi compte se faire 3076 euros de bénéfices sur le dos de la santé des frontaliers. Entendez bien ce qu’ils disent : « la santé de chaque frontalier doit nous rapporter 3076 euros par an ».

    Le projet de loi veut que la Sécu se fasse des bénéfices sur notre santé.

    C’est absolument scandaleux !

    Vous semblez éviter le débat par l’humour, mais j’aimerais connaître votre point de vue sur mon argumentaire s’il vous plaît.

    Cordialement,

  • <span class="author">travailleur en Suisse – ancien chômeur en France</span>

    Bonjour,

    Comme bon nombre d’habitants du bassin d’emploi Sanclaudien, j’ai vécu de près la dégringolade de l’activité industrielle locale. Heureusement, quelques entreprises réussissent à sortir leur épingle du jeu mais heureusement aussi, l’activité en Suisse se porte très bien. Comme beaucoup d’autres, après mon licenciement économique et une longue recherche de travail, j’ai retrouvé un emploi, là où il y en a dans le secteur, en Suisse.

    Au final, je ne suis plus chômeur français, mais travailleur en Suisse et aussi important contribuable français. Le bilan social pour la France est donc, en l’état, très loin d’être défavorable.

  • http://www.mutuelle-frontalier-suisse.com <span class="author">assurance frontalier suisse</span>

    mutuelle frontalier suisse – assurance frontalier suisse – devis mutuelle frontalier disponible en ligne immédiatement – plus de 20 formules en ligne – choisissez votre mutuelle frontalier en toute liberte.

  • http://www.assurancefrontalier.org <span class="author">www.assurance frontalier.org</span>

    Merci pour l’article, oui c’est un geste remarquable

  • http://www.c-mon-assurance.com/assurance-sante-frontalier-suisse/ <span class="author">assurance santé frontalier</span>

    Le statut du frontalier est décidément bien fustigé des deux côtés de la frontière. Pour qui paye-t-il ? La Suisse, la France ? Cette question est bien difficile à résoudre, il serait intéressant de comparer leur statut avec celui des travailleurs belges, par exemple ou autre.
    Disposent-ils des mêmes accords ?
    Merci pour cet article qui offre un nouvel angle de vue très intéressant.

  • <span class="author">philippe</span>

    Je decouvre ce blog politique qui me laisse pantois sur une chaine qui est financee par le contribuable…
    Pour l’information de Mr Chevreuil je travaille en Suisse car je n’ai pas trouve d’emploi dans mon domaine au meme niveau en France. J’enchaine les semaines de 60-70 heures et mes deplacements hebdomadaires pour voir ma famille (le travail de ma femme est a Paris) Je gagne tres bien ma vie mais contrairement a Madame Touraine je ne paierais jamais l’ISF car mon principal poste de depense sont les impots en France qui limitent considerablement les possibilites de me constituer un capital (je ne suis pas un heritier…) Les 2 dernieres annees mes impots ont augmentes de plus de 15 000 euros/an et j’assure au total le salaire de plusieurs fonctionnaires en France (ou une fraction d’un deplacement de Madame Touraine au choix)
    Il est clair que se voir taxer de 8 a 13% supplementaires n’est pas acceptable et ne laisse pas d’autre choix que de passer la frontiere. J’ai de la chance je ne possede pas d’appartement a Paris comme Madame Touraine !
    Bien a vous Mr Chevreuil, je vous laisse a vos fantasmes.

  • <span class="author">jequittelafrance</span>

    C’est décidé, je quitte la France, désormais mes impôts resteront totalement en Suisse et je ne contibuerai plus aux millions qui sont rétrocédés aux communes françaises, adieu la France et bonne chance pour la suite…

  • <span class="author">Nouveau resident suisse</span>

    Meme commentatire de « Jequittelafrance ». Mon mari et moi avons des salaires plus que confortable. Une cotisation à 8% de nos salaires brut nous couterait 2000 euros par mois de cotisations secu sans compter bien sur la complémentaire. A ce tarif la, nous quitterons bien entendu la France pour résider en Suisse et cotiser de facon forfaitaire a la caisse Suisse lamal. Nous payerons par la meme occasion nos impots sur le revenu en Suisse ce qui sera un manque à gagner de 45000 euros / an pour les impots francais. Car effectivement les frontaliers gagnent très bien leurs vies mais contribuent aussi très largement à l’effort national. Trop préssés comme des citrons, les frontaliers partiront vivre en Suisse et il fraudra revoir les prévisions de gain pour la SECU. Et oui, il nous reste ce dernier choix! J’ai bien peur que le gain fictif pour le SECU se transforme en perte réelle pour les impots. De plus, n’oubliez pas que les « nouveaux » frontaliers ont le droit d’option et s’assureront donc pour la grande majorité en Suisse et non pas à la SECU! Travaillant en Suisse, notre régime légal est en effet le régime Suisse et non pas francais comme vous semblez le croire.
    C’est ce que l’on appelle un choix perdant-perdant ou sinon une analyse politicienne à court terme et démagogue!