17 juil

Les Verts pas contents ! Attention, sinon…

Bernard Lachambre a été écarté de la vice-présidence de l’agglomération du Pays de Montbéliard, le PMA.

Voici le communiqué que les Verts envoient à tous les élus socialistes de la région. En gros, ils disent : « Ensemble, nous gagnons. En désaccord, vous perdez. »

 » LETTRE OUVERTE A NOS ALLIES SOCIALISTES DE FRANCHE-COMTE

A Monsieur le Ministre, député du Doubs,

Madame la Présidente de Région,

Messieurs les sénateurs, présidents des conseils généraux du Doubs et de la Haute-Saône,

Monsieur le Président du Conseil général du Jura,

Monsieur le Président du Conseil général du Territoire-de-Belfort,

Madame et Messieurs les députés du Doubs et de la Haute-Saône,

Messieurs les maires des villes de Montbéliard, Belfort, Besançon et Dole,

Messieurs les secrétaires fédéraux des départements de Franche-Comté,

Tous les adhérents du Parti Socialiste de Franche-Comté,

Chers amis,

A des amis, il convient de tout dire. Quand les choses vont bien, c’est aisé, quand elles vont mal c’est plus difficile mais d’autant plus nécessaire.

Les séquences électorales et législatives que nous venons de vivre se sont conclues pour nos deux partis par des succès de première importance. L’élection de François Hollande à la Présidence de la République, qui a entrainé dans un processus victorieux la mise en place d’une majorité de gauche à l’Assemblée nationale, marque une rupture majeure dans la vie politique française. Ces succès doivent beaucoup à l’accord entre nos deux formations qui a conforté auprès des français l’idée qu’une alliance est fondatrice d’un renouveau politique. La grande majorité des Socialistes ont reconnu à cette occasion que l’apport de l’écologie politique allait bien au-delà du score réalisé lors de l’élection présidentielle. Cet accord ne signifie pas que nous soyons d’accord sur tout, il nous impose seulement de ne pas décevoir ceux qui nous ont portés au pouvoir.

Au regard de ces constats et de cette exigence, l’éviction de Bernard Lachambre de son poste de Vice-Président de Pays de Montbéliard Agglomération nous apparait comme un mauvais signal. Qui davantage que lui pouvait en effet représenter l’accord de gouvernance passé entre nous au niveau national. Chacun sait, dans le Pays de Montbéliard et au-delà, ce que représente son investissement au service des valeurs de gauche et de l’écologie. L’incompréhension dès lors fait place à l’inquiétude. De nombreuses collaborations existent entre nous dans plusieurs exécutifs auxquels nous participons. Depuis l’élection de deux sénateurs socialistes dans le Doubs, jusqu’au succès partagés d’Eric Alauzet et Barbara Romagnan à Besançon, en passant par les élections régionales dernières, chaque fois que nous avons travaillé ensemble, le succès a été au rendez-vous. A l’inverse, en cas de non respect des accords, ce fut la déconvenue, comme pour la cantonale de Montbéliard-Est ou pour les sénatoriales du Jura.

C’est donc avec de vifs regrets que nous enregistrons ce changement de cap. Nous voulons croire qu’il ne s’agit que d’une péripétie, mais vous conviendrez que nous envisageons à présent avec inquiétude les échéances prochaines. Nous resterons dans tous les cas attentifs à ce que cette dégradation localisée de nos relations n’entame pas le capital de sympathie que nous avaient attiré nos différents accords auprès des électeurs…

Vous trouverez en complément de ce courrier l’intervention de Bernard Lachambre lors de la réunion qui a décidé de son éviction de la vice-présidence de PMA. Elle témoigne non seulement de ses qualités humaines mais aussi de son sens de l’intérêt général.

Nous vous adressons nos salutations cordiales mais pleines d’interrogations et d’inquiétude.

A Besançon, le 17/07/2012

Signatures :

Le député et conseiller général du Doubs

Les vice-présidents et conseillers régionaux

Le conseiller général du Territoire-de-Belfort

Les élus municipaux

Les co-secrétaires régionaux

Les membres du Bureau et du CPR de EELV Franche-Comté

Intervention de Bernard Lachambre au début de la réunion qui a décidé de son éviction de la vice-présidence de PMA.

Ce soir, je ne serai plus Vice-Président.

Oui, j’ai signé l’an dernier le relevé de conclusion de la commission tripartite. Sans rentrer dans les détails, je tiens à dire que je ne suis pas d’accord avec le point de vue de Pierre Moscovici : sur cette question, je ne veux pas servir de bouc émissaire.

La décision qui va être prise ce soir de ne pas reconduire un écologiste comme vice-président me fait douter de la volonté des partenaires de la majorité de travailler avec Europe Ecologie – Les Verts dans le Pays de Montbéliard, alors qu’au niveau national ou dans d’autres collectivités de Franche-Comté, cette collaboration se poursuit, voire s’intensifie.

Je ne développerai pas plus les points évoqués plus haut, parce que cela ne grandirait ni son auteur, ni la politique et le Pays de Montbéliard n’en sortirait certainement pas plus fort. Ma déclaration suscitera peut-être des réactions, je tiens dès à présent à dire que je ne rentrerai dans aucune polémique.

La décision qui va être prise est dommageable car dans la situation où nous nous trouvons, tant au niveau local que national ou international : crise économique et financière, crise de l’emploi avec toutes ses conséquences, crise environnementale, il n’y a pas trop de forces et de diversité d’idées pour reconstruire un nouveau système, une nouvelle société qui place l’homme et la qualité de vie au centre et non la finance et la croissance matérielle.

Qu’il soit bien clair : ce ne sont ni des raisons personnelles, ni des raisons partisanes, ni des rancœurs qui me font regretter et déplorer cette attitude. Je tiens à souligner le plaisir que j’ai eu dans mon travail de vice-président et en particulier avec les services de l’agglo. J’y ai rencontré des femmes et des hommes de conviction, dévoués et consciencieux. La seule ambition de mon engagement politique, c’est de faire avancer, dans le Pays de Montbéliard, la cause de l’écologie et du développement durable au sens le plus large du terme. Je souhaite contribuer, modestement mais fermement à la construction d’un avenir durable pour les générations futures. Pour citer un exemple, la transition énergétique, la lutte contre la précarité énergétique qui guette de plus en plus de ménages doit être un point fort de notre action . Nous avons démontré que les actions dans ce domaine sont très créatrices d’emploi.

Depuis 2008, je n’ai pas ménagé ma peine à la ville comme à l’agglo et je continuerai à le faire avec mon mandat d’élu à Montbéliard et en tant que conseiller délégué à l’agglo. Je continuerai aussi à le faire dans mes autres engagements. Ma jeunesse dans une famille modeste, ma vie professionnelle auprès des jeunes, mon engagement associatif dans le quartier de la Petite Hollande ont forgé en moi une conviction : l’humanité ne grandit pas à coups de compétition ou d’exclusion mais en développant la coopération et la solidarité et je poursuivrai mon action dans ce sens au service du Pays de Montbéliard.

Merci.

Bernard Lachambre