08 juin

Moscovici, Demouge et la "solution" avec le FN

Charles Demouge (UMP) et Pierre Moscovici (PS)

Charles Demouge, candidat dans la 4e circonscription du Doubs, aimerait trouver « une solution » avec le Front national. C’est ce qu’affirme l’un des membres de son comité de soutien sur la page Facebook du candidat. Contacté, le maire de Fesches-le-Chatel dément vouloir trouver un accord avec le Front national, représenté par Sophie Montel. En revanche, il annonce d’ores et déjà qu’il n’appellera pas à voter Pierre Moscovici si lui-même est éliminé au premier tour. Le ministre de l’Économie estime qu’« un pas a été franchi ».

C’est le blogueur Bisonteint, observateur avisé du web en général et des réseaux sociaux en particulier, qui a soulevé le lièvre hier. Sur la page Facebook de Charles Demouge, il est écrit que le candidat UMP aidera « à trouver une solution avec le FN (…) pour enfin tout reprendre à la gauche qui gouverne scandaleusement avec un tiers des votes ». L’auteur de ces lignes n’est pas Charles Demouge lui-même. Le texte est signé « soutien CD ». Le candidat nous le confirme au téléphone: « Ce sont les membres de mon comité de soutien qui s’occupent de ma page Facebook ».

Même si Charles Demouge n’en est pas le signataire, le texte n’est pas passé inaperçu dans la 4e circonscription, celle de Montbéliard-est Audincourt. Pierre Moscovici n’a pas tardé à réagir: « Il a fait la bascule, dénonce le ministre de l’Économie. C’est une tactique suicidaire, opposée à la position de l’UMP. Quand on fait campagne comme le Front national, on fait campagne pour le Front national. »

« On n’est plus à l’ère de Jean-Marie Le Pen »

Capture d'écran de la page Facebook de Charles Demouge

Ce matin, Charles Demouge se défend de vouloir trouver un terrain d’entente avec le Front national. « Je ne connais pas Madame Montel, je ne ferai pas d’accord avec elle », assure-t-il. Le maire de Fesches-le-Chatel reconnaît pourtant que « bon nombre de (ses) partisans se demandent pourquoi il n’y a pas d’accord au niveau national entre l’UMP et le FN ».

« On n’est plus à l’ère de Jean-Marie Le Pen, explique-t-il. Les valeurs de sécurité et de nationalité, je les défends autant que le Front national ».

Sophie Montel, la chef de file régionale du FN, confirme qu’elle n’a pas été approchée par Charles Demouge ou l’un des membres de son entourage. « Je vous jure sur la tête de mes gamines qu’il n’y a pas eu de contact avec l’UMP », assure la conseillère régionale, qui envisage néanmoins d’appeler Charles Demouge à se retirer en sa faveur en cas de triangulaire.

S’il est éliminé dimanche soir (une hypothèse possible puisque Marine Le Pen avait devancé Nicolas Sarkozy de 4 points et demi le 22 avril et la droite part divisée pour ces législatives), Charles Demouge a déjà prévenu qu’il ne choisirait pas entre Sophie Montel et Pierre Moscovici. Il a sur ce point le mérite de la constance, puisque c’était déjà sa position le 27 avril. « Pourquoi voulez-vous que je donne une consigne de vote? Les gens savent ce qu’ils doivent faire ».

A lire aussi: 4e circonscription du Doubs: Pierre Moscovici vers une réélection à l’économie?
Ces candidats UMP menacés par la poussée du FN