22 avr

VIRA-LENGA : Luce Bordenave

En cette fin d’hiver, le fauteuil rouge s’en est allé du côté du Béarn à Pau (64) pour voir si Henri IV était toujours là et si la langue se parlait toujours. On peut dire qu’elle va plutôt bien, portée par une jeunesse active et dynamique. Luce Bordenave nous donne un florilège des histoires qui lui ont permis d’accéder à cette langue maternelle qui ne lui pas été transmise par ses parents… C’est avec les poètes qu’elle s’est familiarisée, elle nous livre un poème de Joseph Joantauzy : « la Mancana » qui pour elle est le poème de la transmission. Elle nous chante un extrait de « la Sobirana » et s’amuse avec les proverbes au franc-parler bien béarnais ! Ne ratez pas « lo Joan-Peish », la légende du pic du Midi d’Ossau.


VIRA LENGA : « Luce Bordenave » par france3midipyrenees

21 avr

Alidé Sans : la jeunesse pleine de sens

A l’entendre et la voir chanter, on ne lui donnerai pas son âge : 21 ans. De la fraîcheur, de l’assurance, de la technique, de la personnalité. Alidé Sans ne devrait pas rester longtemps cantonnée dans sa vallée aranaise.

AlidéSansExpVerbauVoilà deux ans qu’elle chante. Mais elle baigne dans la musique depuis son plus jeune âge. Une mère professeur de musique et très vite, l’apprentissage du piano et bientôt d’autres instruments. Elle chante avec des rappeurs, fait un clip contre la violence faite aux femmes, joue avec des musiciens… A 19 ans, elle se lance vraiment, tenant souvent la scène en solo, avec sa guitare. Aujourd’hui son talent est en train d’éclore, comme une évidence.

C’était le cas à l’université Jean-Jaurès de Toulouse jeudi, à l’invitation de l’association étudiante OSCA, pour la semaine occitane. Pas facile de se produire sur un campus, le bruit, les étudiants étalés sur l’herbe… Quelques notes, le public est dans sa poche, s’arrête, écoute et danse. Un style spontané, immédiat, naturel, qui lui appartient, en toute liberté. De prime abord, les intonations, la voix et sa posture font penser à la chanteuse Nigériane Ayo. Dans son interview, elle se réclame de la Belge Selah Sue, de Nneka -une autre Nigériane- et de la Camerounaise Irma. Toutes multi-instrumentistes, où domine la guitare, aux champs musicaux étendus, aux voix aussi bien puissantes que sensibles.

Après le monde étudiant à midi, place aux occitans le soir à l’Ostal d’Occitània, toujours à Toulouse. Avec une acoustique bien meilleure, on a pu apprécier ses nuances de voix, son toucher de guitare très rythmique et sensible, profiter des textes et musiques qu’elle a écrits. Et quand elle reprend des classiques ( « Every little thing gonna be all right » de Bob Marley ou « Los Caulets »), elle s’empare du morceau, quitte à le déstructurer, comme pour le Se Canta, dans une version superbe et déconcertante.


Alidé Sans par france3midipyrenees     Reportage : Benoît Roux Eric Foissac Michel Blasco Ana-Luisa Ruppert Joel Eon

A Toulouse comme ailleurs, beaucoup l’auront découverte; bien plus voudront bientôt la voir. On a hâte d’écouter son premier disque enregistré prochainement à Barcelone et prévu à l’automne. Pas besoin d’être grand devin ou musicologue affûté pour dire que cette Aranaise va bientôt dépasser nos frontières. L’Occitanie a besoin de nouveaux talents comme celui d’Alidé Sans.

Benoît Roux

 

18 avr

Robert Ménard, Béziers et l’occitan

Béziers : ville à la fois historique pour l’occitan et aujourd’hui l’une des plus vivaces en termes de structures et d’associations. Au soir du 30 mars quand les Biterrois ont désigné Robert Ménard comme maire, surgissent beaucoup d’inquiétudes et de questions sur le devenir de l’occitan.

Robert Ménard connaît bien Béziers, ville d’adoption après son départ de l’Algérie. Il y a créé « Radio Pomarède » et « Le Petit Biterrois ». C’était sa période extrême gauche. Aujourd’hui il a rejoint l’autre extrême. S’affichant à « Manif pour Tous » et partisan déclaré de la peine de mort.

-

copyright  : SYLVAIN THOMAS / AFP

S’il n’est pas encarté au Front National, il a été soutenu par le parti de Marine le Pen (FN), par le  Rassemblement Pour la France (RPF) de Christian Vanneste, le Mouvement Pour la France (MPF) de Philippe de Villiers et Debout La République (DLR) de  Nicolas Dupont-Aignan. Des personnes et des partis farouchement opposés aux langues régionales, et qui s’en servent parfois pour les enfermer dans des replis identitaires et passéistes.

Robert Ménard est fier d’avoir redonné à sa ville son blason traditionnel.

 

Robert Ménard, on ne vous a pas entendu durant la campagne ni depuis votre élection vous prononcer sur l’occitan. Qu’est-ce que ce mot vous évoque ?

Robert Ménard (RM) : c’est d’abord ma jeunesse et les luttes avec Claude Marti, Yves Rouquette. Durant ma campagne j’ai insisté sur ces racines…

Vous faites souvent référence aux racines, aux traditions. Mais l’occitan est bien vivant aujourd’hui ?

RM : Mais je défends les calandretas. Penser ma ville sans la qualification d’occitane serait une contre-vérité historique et une bêtise contemporaine.

Le CIRDOC est l’institution la plus représentative. 65% de son financement vient de la région Languedoc-Roussillon, 25 % de la ville de Béziers, soit 200 000 euros. Allez-vous continuer à aider le CIRDOC ?

RM : Ils font du bon travail et je poursuivrai ce qui a été entrepris par la municipalité sortante. Mais je ne sais pas si la subvention sera à l’identique. Vous savez, Béziers est rentrée dans le réseau d’alerte. Nous sommes la 4ème ville la plus pauvre de France. 62 % des habitants ne paient pas d’impôts et j’ai promis de les baisser.

Mais je peux vous dire que nous avons voté cette semaine le fait que les 2 groupes d’oppositions (PS et UMP) auront désormais un représentant au CIRDOC. Avant, seul siégeait un représentant de la majorité.

Béziers a cette particularité d’avoir 3 calandretas. Elles ont un bail emphytéotique avec la mairie pour les locaux. Etes-vous favorable à cet enseignement et allez-vous les aider ?

RM : Durant ma campagne, j’ai rencontré les dirigeants de calandreta. Pour moi, un enseignement est un enseignement. Privées ou publiques, des écoles sont des écoles. J’aiderai les calandretas

Et le centre Aprene qui forme les futurs enseignants des écoles immersives et qui sont subventionnés par la mairie ?

RM : Je ne connais pas encore ce centre. Je ne peux pas vous dire ce que je ferai avec eux.

Béziers a aussi sa féria avec un village occitan, la Fèsta d’òc qui est un événement porté par la ville. Allez-vous poursuivre ces manifestations ?

RM : Je crois que Béziers a trop de choses qui n’ont pas assez d’impact. Il faut faire moins de choses mais plus visibles, avec plus de répercussions. Pour la Féria, j’aime et je défends la corrida. Mais il faut lui redonner une dimension plus locale, sortir de la boîte de nuit à ciel ouvert…

Par exemple ?

RM : il y a de moins en moins de peñas. Mais on peut relancer aussi le pèlerinage de la vierge. Et je ne dis pas ça en tant que chrétien.

Béziers a aussi un carnaval qui vient de fêter ses 30 ans ?

RM : Ici comme pour le reste, il faut se démarquer, cultiver les différences. Tout le travail sur les animaux totémiques est intéressant. Ce devrait être systématique.

Et la Fèsta d’òc ?

RM : Il faut faire des choses. Il y aura de l’occitan dans certaines manifestations. Mais pas de communautarisme, je déteste ça.

Vous avez des envies particulières en termes de programmation ?

RM : Je ne fais pas de la politique pour moi. Mes goûts n’ont pas à intervenir…

Il n’y aura pas un élu chargé de l’occitan ?

RM : Non, mais chaque secteur (enseignement, culture) pourra intégrer de l’occitan.

Vous avez été soutenu par des partis très jacobins (FN, RPF, MPF, DLR…) qui sont des adversaires avérés des langues régionales. Vous allez donc vous démarquer de leur idéologie sur ce terrain là ?

RM : Ce n’est pas moi qui doit les suivre ou pas. Ils ont signé mon programme et m’ont soutenu en connaissance de cause. C’est eux qui m’ont rejoint.

Si vous aviez été député, vous auriez voté la proposition de loi visant à ratifier la charte européenne des langues minoritaires ?

RM : Je ne répondrai pas à cette question. Je ne fais pas de politique nationale. Je fais de la politique pour Béziers.

Entretien : Benoît Roux

16 avr

Lo plaser d’un jornalista occitan

Si j’ai choisi ce métier de journaliste, c’est justement pour ça : apprendre, rencontrer, découvrir et partager.

Des rencontres de prime abord professionnelles souvent préméditées, calées, rapides, intéressantes mais frustrantes…Mais parfois quelques « splendides hasards ». Des moments suspendus, hors du temps, qui ne sont plus d’ordre professionnel mais qui touchent l’humain. Olivier Courthiade est de cette veine-là.

Olivier, c’était un élément parmi d’autres dans mon petit dossier de personnages, occitan ou pas, en prévision de tournages, au cas où. Quelques noms enfouis, presqu’en sommeil, au fond de ma mémoire. Il est ressurgi de manière inattendue.

Les_Deux_Pianos_515fdcc71a4a9Au cours d’un tournage à la faculté du Mirail, une étudiante -Alice Traisnel- me parle de ses collectages en Ariège, d’un spécialiste de la traction animale. Un type super :Olivier Courthiade… Courthiade? Ce nom me dit quelque chose…Ah tiens oui, j’ai un dossier. Ah oui, pas mal ! Et donc il parle occitan…Vite fait, quelques mots tapés sur Google. Ben dis-donc, pas méconnu le garçon, et pas du tout oublié des écrans non plus. Mais bon, je l’appelle. « E se vòs venir n’as pas qu’a vengue ! ». Une entrée en matière succincte mais efficace!

J’ai toujours pour habitude d’aller préparer mes reportages sur le terrain, discuter de vive voix, sentir des choses tout seul, sans caméra. Et là, voilà t-il pas que le jour du repérage, j’apprends -toujours grâce à Alice- qu’Olivier a décidé de ferrer des bœufs… J’ai beau être fils de paysans, je pense de suite à une blague. Ferrer des bœufs en 2014 ? Allez, à d’autres ! L’hameçon est trop gros pour que j’y ferre! Mais bon, vérification de l’information. Un vieux principe. Je rappelle l’intéressé, qui rigole : « Òc ben, nos arriba sovent açi ! ». Bon, va pour les bœufs. Mais alors, il ne faut pas que je parte seul. Je ne verrai pas ça tous les jours, ni le téléspectateur. Il me faut absolument trouver un cameraman… Miracle, il y en a qui est dispo, car son rédacteur est malade. Et nous voilà partis. Arrivés sur le pouce à la ferme de Méras à Nescus (Ariège), les civilités commencent par un repas. Pas trop le temps de discuter. La table est pleine avec ceux qu’Olivier a rencontrés, aidés, remis sur pieds et qui donc se sont posés un moment dans cette ferme vieille de plusieurs siècles. Alice m’avait dit que j’avais de la chance « L’Olivièr es un mèstre de la padena ». Me damne, efectivament. Aquò nòl de pertot ! Mais pas le temps de s’endormir sur le rostit. Le propriétaire des bœufs est là avec son camion. Olivier qui les a en pension per los dondar va les chercher et les embarque.

Grande première pour moi mais aussi pour le maréchal ferrant ! Je pense qu’il s’en souviendra lui aussi. Il a travaillé à Saumur. Pauròt ! Heureusement que le métier à bœufs est solide. Mais bon, Olivièr ten la cordèla e aquò’s pas lo moment de l’embestiar ! Mes questions attendront et mon repérage aussi. En tot cas lo « feeling » es bon. Rendez-vous dans trois jours avec l’équipe de France 3.

Et ce premier jour où nous allons de découvertes en découvertes. Un peu déconcertés et avides de voir le reste. La matière est partout. Et Olivier ne demande qu’à la transmettre. Amb son biais, sa sensibilitat, de retenguda tanben… Petit à petit, tout se dessine. Les séquences, les idées. Et puis tous ces gafets qui sont avec lui, des accidentés du cœur, de la tête qui ont enfin trouvé de la compréhension et un refuge. D’habitude pour les portraits, je n’aime pas trop faire parler les proches, les amis, la famille. Ca manque souvent de recul et d’originalité. Là je tente une première interview. Les réponses succinctes précises et sans concession d’Elvire m’incitent à m’aventurer pour une deuxième. Même miracle avec Antoine : « C’est pas facile de trouver une place dans le monde. A Méras tu sais que tu as une place. On peut être méchant, un peu con même. Olivier comprend et nous aide quoi qu’il arrive… ». Tout est dit.

s1906201351c177a219f3aLe soir, aprèp s’èsser congostat de la bòlas de picolats de l’Olivièr, on tcharre, évidemment… De la vie, de ces rencontres, de musique bien sûr, des gafets qui viennent et repartent de la ferme de Méras, du parcours d’Olivier qui aurait voulu être danseur… De cette vie pas toujours choisie mais extraordinaire qu’il a menée. « Tèn, se vòs, ai escrit tot aquò dins un roman : les deux pianos… Legiràs. » E un risolet al coet de las pòtas : « me diràs d’aprèp tu qu’un es lo personatge qu’es per ieu lo pus important, lo pus car… ».

Et moi qui suit un grand mélomane mais piètre lecteur me voilà le lendemain les yeux en berne, estabosit e plan content de tot çò que m’èri engolat duscas a punta d’alba

Oui ce type est extraordinaire de bienveillance, de bonté, de savoir-faire et de sensibilité. A lo biais coma se dis,tant de chose à transmettre, tant de domaines où il excelle. Et de reparler la langue d’òc à ré-ouvert des fenêtres sensibles

Le reste? Il faut le découvrir dans ce reportage de 16 minutes, format inhabituel pour personnage hors normes.

Il sera diffusé dimanche 20 avril dans Viure al pais.

Comprendretz melhor per de que vos quiti cada còp en disent « AL PLASER! »

 

Benoît Roux


Olivier Courthiade par france3midipyrenees

11 avr

De musica

Oxford Trobadors

Ils chantent avec sérieux, conviction, et un brin de perfidie les troubadours et des œuvres contemporaines. Les Oxford Trobadors voient le jour en 1998. Avec des influences classique, rock, jazz, folk, ils revisitent avec des arrangements originaux les chants occitans du Moyen-Age, des chansons modernes.

« Lo boièr » The Oxford Trobadors at the Holywell Music Room

Tout est parti de la Dordogne et d’un concert en 1978 de « Peiraguda » à Sarlat. « C’était pure magie d’entendre ce groupe très vivant et talentueux… » selon Denis Noble, fondateur du groupe. « J’ai acheté l’enregistrement vinyle de leurs chansons. Puis à la maison, j’ai commencé à apprendre les chansons, à les interpréter. C’était aussi un moyen efficace pour apprendre moi-même la langue. » Car évidemment, ces anglais chantent en VO, et potentially en italien, espagnol, portugais, du Peire Vidal, Marcabru, Bernat de Ventadorn, Jaufre Rudel. Sans oublier « Peiraguda » évidemment et « Nadau ».  Dimanche, ils seront at home (Oxford) pour un concert.

« Los de qui cau » The Oxford Trobadors at the Holywell Music Room

 Dédé cap aus sorelhs

Il a un nom de prêt à porter mais ses chroniques ne sont jamais cousues de fil blanc. Un tantinet décousues même…

visu_639_homme

« Erudit Doudam » André Manoukian France Inter

Dédé (indispensable pour la couture !) alias André Manoukian a d’abord été le pygmalion de Liane Foly, puis la référence philosophique et littéraire de « La Nouvelle Star ». Désormais il apporte son élégance haute couture à France Inter, notamment pour des chroniques musicales « Erudit Doudam » le matin à 7H24. Et Jeudi c’était « Vox Bigerri » et leur dernier disque « Cap aus sorelhs ». Un rayon de soleil qui se lève sur la radio publique pour un groupe occitan, à une heure de grande écoute… On était donc tout ouïe.

Mais on a connu le Dédé plus en forme : borderline, avec des citations improbables et arrangées, des glissements érotiques… Jeudi, c’était un bel éloge du disque où seul à transpiré « Une vierge chantée ici et incarnée comme par les peintres du quattrocento qui prenaient pour modèle des paysannes lombardes terriblement belles et sexuelles… ! ». Pas de quoi choquer un troubadours à Oxford. Il a quand même réussi à faire trébucher le toujours impeccable et mesuré Pat Co qui s’est hasardé à prononcer le titre : « Vous avez un super accent occitan gascon Patrick ! ». Erudit on vous dit.

 Joanda contunha de gostar la vida

Reportage France 3 Stéphane Ratinaud

Il n’était pas mardi dernier dans la « Grande Battle » de France 2 mais bel et bien sur France 3. Notre confrère Stéphane « André » Ratinaud « Manoukian » aux références lui aussi littéraires et au verbe facile est allé rencontrer « Joanda » dans sa ville à Béziers. Un peu de musique et un retour aux racines pour changer de l’actualité politique. Et cette interrogation : « Est-il facile d’être un troubadour ? ». Sans doute plus à Oxford qu’à Béziers !

http://youtu.be/MmUWVlPo2fE

A quelques portées de voix, à Puisserguier, le très boulegant et politique « Goulamas’K » sort demain son album live « Ràbia e poësia ». Demain c’est la fèsta à Puisserguier.

Benoît Roux

09 avr

Un pauc de politica

Politica nacionala

Manuel Valls a fait hier son discours de politique générale. Le Premier ministre a annoncé la réduction de moitié des régions dès 2017 et la suppression plus tard des conseils départementaux. Rien en revanche sur un dossier repris et porté par son prédécesseur Jean-Marc Ayrault : celui de la ratification de la charte européenne des langues régionales. Le président de la commission des lois (Jean-Jacques Urvoas) qui a défendu ce dossier à l’Assemblée Nationale n’en sait guère plus. Selon son collaborateur Alain Tanguy, le gouvernement devrait bien reprendre à son compte la proposition de loi votée le 28 janvier dernier. Le texte repris à l’identique deviendrait donc un projet de loi examiné en premier au Sénat. Mais pas de calendrier précis pour l’instant. On sait aussi que le Sénat a perdu un ardent défenseur des langues régionales en la personne de son président Jean-Pierre Bel. Un sénat qui risque aussi de perdre sa majorité de gauche. « Pas grave, selon Alain Tanguy car le dernier mot revient à l’Assemblée Nationale. Mais abandonner ce dossier serait une faute politique ».

Soit, mais on attend confirmation. Pas plus de nouvelles côté Ministère de la culture où Aurélie Filippetti a été reconduite. Ce qui l’attend : une loi cadre et des propositions concrètes pour les langues régionales, ainsi que l’Office Public pour la Langue Occitane.

 

circonscriptionEleccions europencas

Le 25 mai, nous voterons pour les européennes. 8 circonscriptions (avec l’Outre-Mer), 1 seul scrutin avec liste bloquée et représentation proportionnelle pour élire 74 députés.

François Alfonsi, député européen sortant élu avec le groupe EELV a décidé de présenter sa propre liste pour la circonscription Sud-Est. Pour le Sud-Ouest où il s’agira d’élire 10 eurodéputés, un collectif « Occitans, Basques et Catalans pour une Europe des peuples »  vient de se monter. Ils appellent tous les indépendantistes à les rejoindre, en dehors de tous les partis français déjà constitués. D’ici fin avril, ils comptent bien déposer une liste avec 20 noms. On y retrouve Jean-Pierre Hilaire (Aquitaine), Stéphanie Girard (Corse et Languedoc-Roussillon), Michel Gravier et Martine Gros (Languedoc-Roussillon), Jérôme Piques (Midi-Pyrénées). Un Catalan se serait aussi porté candidat. Mais pas de Basque car une telle liste existe déjà là-bas. La tête de liste pourrait être une femme. Selon Michel Gravier, « la liste est ouverte et nous soutenons celle de François Alfonsi pour le Sud-Est ».

sondage-60-des-catalans-en-faveur-de-l-independance_402702_516x343Referendum en Catalonha

Notre Premier Ministre -pr’aquò sortit de Catalonha- s’était dit inquiet par le référendum catalan d’autodétermination.

Le 26 mars, le Tribunal Constitutionnel espagnol (l’équivalent du Conseil Constitutionnel en France) a déclaré illégal ce projet déjà rejeté par le gouvernement madrilène.

Hier, le Parlement régional catalan avait fait la demande que lui soit transférée la compétence pour organiser cette consultation. Demande refusée après sept heures de débat par les députés espagnols : 299 voix contre, 47 pour et 1 abstention.

Le chef du gouvernement catalan, le nationaliste Artur Mas, est déterminé malgré tout à organiser ce référendum le 9 novembre 2014 avec un double questionnement : « Voulez-vous que la Catalogne soit un État », et si oui : « Voulez-vous que cet État soit indépendant ? »

Benoît Roux

05 avr

« Manaset » veut illuminer en occitan le quotidien des internautes

© Manaset

© Manaset

Non, on ne connaîtra toujours pas son identité, et encore moins celle de son équipe de journalistes. Mais le rédacteur en chef de Manaset, le nouveau site de désinformation satirique tout en occitan, a accepté de répondre à nos questions. Le jour de son lancement, le site a comptabilisé 198 pages vues, 300 le lendemain et près de 1650 pour la seule journée d’hier. A ce rythme, Manaset pourrait bien supplanter le gorafi.fr d’ici quelques jours.

 

Voici l’interview en occitan du rédacteur en chef de Manaset.

Cal a agut l’idèia de lançar aqueste siti de desinformacion e mai que mai perdequé ?
« A la debuta del projècte, i a tres personas que, a l’entorn d’un bon repais, se son interrogadas sus la premsa en occitan. Los mèdias de desinformacion occitana son pas fòrça nombroses. I a My Actualitat  que m’espanta sus Good Morning Occitània, Dètz TV que nos fa seguir la Polícia occitana de proximitat, lo facebook de Fred Mistral… Mas mancava un vertadièr portal web, un jornal numeric de vertadièra falsa informacion en occitan que balhe una actualitat quotidiana. Los franceses an lo Gorafi, mas nosautres aviam pas res. « I a pas de rason », nos sèm dits. Es atal qu’es nascuda l’idèa de Manaset. La còla se metèt al trabalh, recrutèt e, una setmana mai tard, Manaset es arribada sus la tela

Cossi setz organizats?
« La còla es pel moment compausada del cap redactor, d’un informatician e de cinc jornalistas. Aquestes vivon dins mantuns parçans d’Occitania, çò que permet de cobrir l’actualitat a caud ont que se debanen los eveniments, que la desinformacion demanda de reactivitat. Los jornalistas investigacionan, escrivon e mandan los articles al cap-redactor. Aqueste destria los articles, decidís del moment ont seràn publicats e los met en linha« .

Qu’una es la tòca principala del siti? 
« La tòca primièra es de far rire, solide, d’illuminar de conariá lo quotidian dels internautas. « Auei fau mas que contar de las conariàs en occitan! qu’es pas ma fauta, vene de descubrir Manaset », diguèt un de nòstres abonats twitter. Res nos podiá pas faire mai plaser.
Mas se, al passatge, podèm far soscar, es interessant tanben. En metent en lum per l’umor d’unas manias del mitan occitanista, qual sap se farem pas avançar la causa ? »

Cossi venon las idièas pels articles ?
« Sabi pas, totas solas benlèu ! Coma totes los jornalistas, gaitam a l’entorn de nosautres e, quand vesèm quicòm que s’amerita d’èstre repetit al monde, escrivèm dessús. »

Qu’una es la frequéncia de publicacion prevista? 
« L’idea es de metre a jorn lo site d’un biais quotidian. Mas, en foncion de l’emplec del temps dels jornalistas, que son totes de pigistas pagats a l’occitana, serà benlèu pas possible. Ensajarem de tombar pas en dejós de tres articles per setmana. Mas pel moment, dins la frenesiá del lançament, d’articles son ajustats mantun còp dins la jornada ».

Que son las tematicas pertocadas?
« Las que tòcan los occitans, primièr : la lenga, la cultura, l’ensenhament, la politica… Mas nos volèm tanben dobrir al monde, e contam de faits divèrses, avèm una rubrica « monde » e una rubrica « sciéncia » per exemple. Volèm parlar de tot, e per totes. »

Que son los primers ressons?
« Avèm sonque las chifras dels malhums socials. En mens d’una setmana, Manaset a quasi 250 amics sus facebook e un trentenat d’abonats twitter. »

Perdequé autant d’anonimat?
« Lo mestièr de jornalista de desinformacion es dangeirós. Sabètz, i a de monde qu’an vertadièrament pas d’umor. E un tipe incapable d’autoderision, confrontat a las trufandariás, es capable del pièger. Alara, per preservar la securitat de sos emplegats, Manaset a decidit de desvelar pas lors noms ».

 

Clément Alet

 

 

 

04 avr

France 3 Auvèrnha parla de la lenga

Au moment où l’on parle de ratification de la Charte Européenne pour les langues régionales, où la Ministre de la Culture planche sur un plan gouvernemental en leur faveur, France 3 Auvergne consacre une émission spéciale à l’attachement des Auvergnats pour leur langue.

occitan

Yannick Kusy et ses invités sur le plateau de l’émission

En 1999, la première Calandreta auvergnate a ouvert ses portes à Aurillac. Deux autres sont en passe d’éclore en Haute Loire et à Clermont-Ferrand en 2015.

En 2006, une enquête d’opinion réalisée par l’Ifop a montré l’attachement des auvergnats à leur langue régionale.

61% d’entre eux disent la comprendre plus ou moins bien.

42% des sondés déclarent même savoir la parler.

Emission spéciale sur France 3 Auvergne le 4 avril à 10H15

Présentée par Yannick Kusy, avec Philippe Marmy. 
Gustave Alirol, Conseiller régional et membre du Parti Occitan
Jean Roche, Créateur du Festival des cultures du monde à Gannat
Catherine Liedthout, bouquiniste à Aurillac

 

03 avr

Manaset.fr : le nouveau site d’info Occitan

Après legorafi.fr et sud-ou-est.fr, sites parodiques web en français, les Occitans ont désormais leur équivalent en langue d’oc : Manaset.fr est né le 1er avril 2014, et ce n’est pas un poisson.

Impossible de connaître l’identité réelle des journalistes de ce site. La rédaction garde l’anonymat et se présente ainsi : « Manaset est le seul journal numérique occitan de véritable fausse information. Tous les articles sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés de façon humoristique. Avec le professionnalisme qui les caractérisent, ses journalistes ne recoupent jamais leurs sources et ne vérifient pas du tout leurs informations« .

C’est ainsi que l’on apprend qu’hier, 2 avril 2014, la folle journée de Manuel Valls (nouveau premier ministre d’origine catalane)  s’est terminée avec le concert improvisé de Lluis Llhac (un autre catalan) place de la Concorde à Paris. On y apprend aussi qu’un nouveau groupe politique vient de voir le jour, il s’appelle « Demolir », et à la différence de « Bastir », il a pour objectif d’assurer l’absence d’occitan dans la vie publique, pour les prochaines élections municipale de 2020.

Tout ça est plutôt bien fait, et surtout totalement crédible.

De legir, sul pic…

Clément Alet

02 avr

Manuel Valls, un catalan à Matignon ?

Un politic

Sa référence est Georges Clémenceau, lui aussi locataire de la place Beauvau en 1906.

-Son père politique s’appelle Michel Rocard. Il est son attaché parlementaire et le suit à Matignon en 88. Dans de nombreuses interviews accordées depuis la nomination de Valls, Michel Rocard ne renie pas cette filiation, bien au contraire.

-Son deuxième père, un autre premier ministre, Lionel Jospin. De 97 à 2002 il est son chargé de la communication et de la presse.

- en 2007 Nicolas Sarkozy aurait bien voulu débaucher ce « Sarkozy de gauche ».

 manuel-valls-565x250Un catalan 

-Manuel Carlo Valls Galfetti est né à Barcelone en 1962. Fils de Xavier Valls, un pur catalan, peintre de métier, et sa mère, une suisse italienne, Luisa Galfetti.

-Il parle indifféremment français, espagnol, catalan et italien.

 « Il parle mieux catalan que moi » Pierre Aylagas, député-maire d’Argelès-sur-Mer

 -Il arrive en France sous Franco et devient français un an après l’accession au pouvoir de François Mitterrand.

-C’est un ami de l’ancien président de la Generalitat Jordi Pujol.

-La musique de l’hymne officiel du Barça a été écrite par Manuel Valls…un cousin germain de son père.

quand-manuel-valls-composait-lhymne-du-barca

 Dins la prèmsa

 «El español Manuel Valls» titre à la une du quotidien conservateur AB. «El català Manuel Valls», lui répond le quotidien El Punt Avui  « Un premier ministre français et qui parle catalan«  se réjouit La Vanguardia. « Le petit Manuel de Barcelone devient premier ministre » se félicite le site d’information Ara.cat.

Côté politique, La Vanguardia rappelle que Valls est aussi un ami du ministre de l’intérieur espagnol, Jorge Fernández Díaz. Ils partagent une lutte contre le terrorisme de part et d’autre des Pyrénées.

Lengas regionalas 

Août 2012 visite à Perpignan : lors d’une conférence de presse, un journaliste de Radio Arrels lui pose une question en catalan. Hésitation du Ministre de l’intérieur : « Vous me posez un problème. Est-ce qu’un ministre français doit parler catalan ?  ».
Visite à Quimper janvier 2014 : « Nous n’avons pas à avoir peur des langues régionales »« La ratification de la charte est un engagement du Président François Hollande, qui s’est appuyé sur les travaux de Bernard Poignant quand Lionel Jospin était Premier ministre, ceux de Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des Lois de l’Assemblée nationale, et de ses amis. Il faut trouver une majorité. » Lors de la même visite : « je ne suis pas d’accord avec le processus en cours en Catalogne ». Il est contre aussi l’officialisation de la langue Corse.

Au gouvernement, on notera qu’Aurélie Filippetti garde son ministère de la culture. Elle a sur son bureau le dossier de l’Office Public pour la Langue Occitane. Elle est chargé de réfléchir à une loi cadre pour les langues régionales. Côté Education Nationale, c’est Benoît Hamon (un breton) qui succède à Vincent Peillon. Il ne s’est pas exprimé publiquement sur les langues régionales.

Benoît Roux

 

RSS