14 fév

Bordeaux perd 30 % de déclarations de récoltes en 10 ans !

Le constat est sévère : ce sont les douanes qui le dressent. On est passé de plus de 10 500 exploitants récoltants en 2004 à moins de 7 400 fin 2013. 

20140213_114404

Dominique Techer, secrétaire de « SOS vignerons sinistrés » © Jean-Pierre Stahl

« Depuis 10 ans les vignerons vendent à perte ! » dixit Dominique Techer, figure de Pomerol, à la tête du château Gombaude-Guillot, et secrétaire de l’association « SOS vignerons sinistrés ».

Et d’ajouter: « Ils décapitalisent pour essayer de tenir, comme celà ils vendent une parcelle complète. Quand il y a un peu de gras, ça va ; mais quand vous êtes à l’os, c’est plus possible ! »

Amer Dominique Techer ? Un peu , sans doute, mais celà fait des années qu’il voit des petits fondre les plombs, et ça risque d’être pire avec les deux épisodes climatiques des 26-27 juillet et 2 août 2013, où les orages et la grêle ont achevé certains qui avaient déjà bien du mal.

20140213_121209

La superficie moyenne à Bordeaux est passée de 11,65 ha en 2004 à 15,42 ha en 2014 (Source CIVB) © JPS

Pour lui avant la grêle, 2 000 exploitations étaient déjà dans le rouge.Il estime que ces épisodes se sont traduits par 150 à 200 millions d’euros de pertes…

En 10 ans, Bordeaux enregistre un recul sans précédent : en 2004, 10 539 déclarations de récoltes étaient faites auprès des douanes, en 2013 seulement 7 379 !

Plusieurs facteurs expliquent cette baisse: l’âge élévé des exploitants et la difficulté de transmission (aujourd’hui la moitié des viticulteurs ont plus de 50 ans et 35 % au dessus de 55 ans, ce qui veut dire que la relève est loin d’être assurée), mais aussi et surtout la crise qui a touché de plein fouet le vignoble…

« En 2008, le prix du tonneau était tombé à 700 euros ! » nous confirme Hervé Grandeau, le Président des « Bordeaux et Bordeaux Supérieur ». « Un prix qui est remonté à 1050 vers 2011 et qui est aujourd’hui à 1250 euros. »

20140213_145914 (1)

Hervé Grandeau, Président des « Bordeaux et Bordeaux Sup. » © JPS

Ceux qui ont été les plus touchés, ce sont les petits viticulteurs qui exploitaient des superficies inférieurs à 10 ha; « et en Bordeaux et Bordeaux Sup, il y en a une majorité: 1200 viticulteurs ont moins de 10ha ». Ils ont pas mal été touchés car ils vendaient surtout au négoce. Ceux qui ont mieux marché, ce sont ceux qui faisaient de la qualité et vendaient en bouteilles.

La superficie du vignoble n’a pas connu la même baisse: en 2004, 122 874 hectares, en 2014 113 795.

La superficie moyenne de l’exploitation est passée de 11,65 ha à 15,42 ha. Il y adonc eu un phénomène de concentration, comme pour la culture des céréales il y a quelques années.

Le salut passe donc par les volumes…Eric Gonfrier, à la tête de Château de Marsan est passé de 30 ha à 450 ha aujourd’hui. Avec son frère, il s’est diversifié et a monté une maison de négoce: on achète en plus le raison de 400 ha « ça permet de vinifier des volumes de raisins et par la suite on revend à de grandes marques. C’est une souplesse du secteur privé pour éviter la lourdeur des coopératives ».

20140213_155201

Jonathan Ducourt dans son chai de 1000 barriques © JPS

Autre exemple florissant à Ladoux, dans l’Entre-Deux-Mers: les vignobles Ducourt. Jonathan nous raconte l’histoire d’Henri son grand-père: « il a commencé en 1949 avec 10ha ! Désormais, on en a 440 répartis sur 13 châteaux en Bordeaux, graves, St Emilion,.. On emploie 50 personnes aujourd’hui. »

Une success story avec des moyens mis en commun pour les différents stades d’élaboration, de vinification et d’élevage des vins. Avec de faibles marges et des vins vendus entre 5 et 20 euros, il faut ainsi faire du volume.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer